Papa aux enfers

Pages extraites de "Papa aux enfers" publié par les éditions 2024

Pour en savoir plus sur Papa aux enfers de Léon Maret, rendez-vous sur le site de l’éditeur !

Un résumé du livre

Ce matin, Papa a disparu — en fait c’est sa cafetière qui a disparu, et en suivant les traces du voleur, qui menaient de la cuisine à la cave, Papa a atterri aux Enfers ! (il nous a laissé une lettre, qui explique tout). Heureusement, une sorte de gros dragon en peluche l’a pris sur son dos pour arpenter les 11 cercles infernaux, toujours à la poursuite d’un bon kawa.

En traversant l’Atroce Supermarché, l’Odieuse Bibliothèque, l’Aérogare Répugnant, ou encore L’Hôpital Pervers, Papa va croiser d’innombrables — et sinistres — apparitions telles qu’un trottoir en viande hachée, un générateur de noms de fromage, le Père Noël du Réchauffement Climatique, et même Eric Emmanuel Schmitt.

Ce diable de Léon Maret reprend les codes du « Cherche et trouve » pour laisser libre cours au bouillonnement de ses idées farfelues. Il ressuscite ici l’esprit régressif des Crados et nous emporte dans son temple personnel avec enthousiasme. Liberté, Absurdité et Plaisir : bienvenue dans les Enfers léonmaresques !

LA BIO DE LÉON MARET

Né à Paris en 1984, Léon Maret travaille dans les domaines de la bande dessinée et de l’illustration. Il a obtenu son diplôme de l’atelier d’illustration de la Haute École des Arts du Rhin de Strasbourg (HEAR).

À la fin de ses études, il co-fonde la revue Belle Illustration avec ses camarades de promo. Il s’agit des artsites Matthias Arégui, Alexis Beauclair, Guillaume Chauchat, Matthieu Lefevre, Clément Paurd, Bettina Henni, Adrien Parlange et Jérémy Piningre.

Bien que les principaux média de Léon Maret soient la bande dessinée et l’illustration, sa pratique s’étend à d’autres supports. Par exemple, Léon a écrit un scénario (Home is wherever you are, Neil Beloufa, 2015) et a réalisé une série d’animation numérique (Instraviata, Arte, 2019).

Son dessin ultra énergique et son univers décalé séduisent à la fois la communication des institutions culturelles (Le Palais de Tokyo, Arte, France Culture) et la presse. Pour la revue TOPO, Léon Maret a dessiné plusieurs reportages dessinés. Qu’il traite des stéréotypes dans les jeux vidéo, de l’amour en Arabie Saoudite ou du Gamer gate, Léon parvient toujours à glisser une grosse dose d’humour dans ses pages. En effet, pas question de laisser le sérieux d’un sujet empiéter sur l’irrésistible curiosité de ce jeune dessinateur.

Pour terminer, il a publié plusieurs bandes dessinés aux Requins Marteaux et aux éditions 2024. Léon Maret a également réalisé plusieurs albums jeunesse chez Albin Michel.